Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Umberto D. est le second film que je vois de De Sica et je suis un peu partagé. Le film est très court et pourtant je l'ai trouvé vraiment long, puisqu'il tourne quand même pas mal en rond pendant une bonne partie du film où la situation d'Umberto n'avance pas.


On a donc ce retraité qui a des dettes à payer à sa logeuse sans quoi il va se faire expulser et c'est l'occasion pour le réalisateur de traiter de la misère des retraités en Italie. Et c'est assez poignant, puisqu'il n'y pas réellement de solution, on voit bien qu'ils n'ont pas le droit de manifester leur mécontentement, leur retraite est misérable et ne suffit pas à vivre décemment et à part faire la manche il n'y a pas grand chose à faire.


Malgré tout cette fatalité peine un peu à se mettre en place à l'écran. On verra ainsi pendant plus d'une heure Umberto essayer de trouver des solutions pour garder son logement et je dois dire que ça ne m'a que moyennement convaincu.


Alors le film ne tombe pas dans le misérabilisme le plus exacerbé puisqu'il n'est pas dénué d'humour, notamment avec le chien, mais aussi avec les autres personnages qui arrivent parfois, notamment au début, comme dans la séquence à l'hôpital, à mettre un peu de légèreté dans toute cette sombre affaire. L'espoir est encore permis.


Et puis forcément au fur et à mesure il y a moins d'espoir, mais j'avoue que du coup les scènes s'enchaînent et finalement se ressemblent un peu toutes... Et vers l'heure de film j'ai failli décrocher, malgré de très belles images...


Puis soudain, il a enfin compris ce qu'il devait faire à travers une magnifique plongée sur le tramway dont les rails traversent les pavés en contrebas.
Et durant tout le reste du film il faudra trouver que faire du chien, ce chien qu'Umberto aime tant. Le film est réellement construit avec ça, sur la relation qu'il a avec le chien, ça motive ses actions et finalement c'est un peu lui le héros...


Moi qui n'aime pas les mièvreries avec les animaux ai finalement été touché par le dernier quart d'heure que j'ai trouvé sublime, à fleur de peau, fondamentalement touchant, parce qu'on comprend la gravité de la situation, tout nous a été expliqué auparavant, comme ça, sans avoir l'air d'y toucher... Un chien dans la rue est un chien mort. Il ne peut pas juste abandonner son chien qu'il a du mal à nourrir, ça serait signer son arrêt de mort... L'émotion monte, monte, monte, c'est de plus en plus déchirant, sans trop en faire, parce qu'on voit ce type sans réelle solution, désemparé et qui finalement ne voit plus qu'une solution, la plus terrible, la plus tragique, la plus déchirante et le plan dure, dure, on sent toute la tristesse de ce qui va se passer, toute l'horreur...


Bref j'ai trouvé la fin vraiment admirable, superbement bien construite, mais je dois malgré tout avouer que vers l'heure du film, j'ai trouvé ça un peu mou. Après le film est visuellement splendide, on a quelques contre-plongées sur la fin, lorsqu'il prend le tram, on voit la maison qu'il a toujours habitée, on voit la femme de ménage le regarder dans son tram, au loin, sans dire un mot, sans geste, c'est bouleversant... Surtout que nous on sait où il veut se rendre, ce qu'il compte faire...


Bon film.

Moizi
7
Écrit par

Créée

le 27 nov. 2017

Critique lue 988 fois

5 j'aime

Moizi

Écrit par

Critique lue 988 fois

5

D'autres avis sur Umberto D.

Umberto D.
Behind_the_Mask
9

La dignité des petites gens

Umberto D. est peut être un contemporain de l'Antonio du Voleur de Bicyclette. Même simplicité, même discrétion, même pauvreté subie. Mais si Antonio éprouvait les pires difficultés à s'insérer dans...

le 24 oct. 2015

14 j'aime

6

Umberto D.
Sergent_Pepper
9

Par-delà le chien et le mal

Quatrième collaboration avec le scénariste Cesare Zavattini, Umberto D. reprend les thématiques propres au cinéma néo-réalistes italien qui structure cette période de la carrière de Vittorio De Sica...

le 13 mars 2022

13 j'aime

3

Umberto D.
philippequevillart
8

Le viel homme et l'amère

Une scène du début du film, montrant des retraités manifestant pour une revalorisation de leurs acquits sociaux et l’arrivée d’une milice policière les repoussant comme une sorte de rouleau...

le 7 janv. 2019

6 j'aime

1

Du même critique

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Moizi
2

Vos larmes sont mon réconfort

Je ne comprends pas Disney... Quel est le projet ? Je veux dire, ils commencent avec un épisode VII dénué de tout intérêt, où on a enlevé toute la politique (parce qu'il ne faudrait surtout pas que...

le 21 déc. 2019

488 j'aime

48

Prenez le temps d'e-penser, tome 1
Moizi
1

L'infamie

Souvenez-vous Bruce nous avait cassé les couilles dans sa vidéo de présentation de son "livre", blabla si tu télécharges, comment je vis ? et autre pleurnicheries visant à te faire acheter son...

le 29 nov. 2015

303 j'aime

146

Le Génie lesbien
Moizi
1

Bon pour l'oubli

Voici l'autre grand livre « féministe » de la rentrée avec Moi les hommes je les déteste et tous les deux sont très mauvais. Celui la n'a même pas l'avantage d'être court, ça fait plus de 200 pages...

le 4 oct. 2020

240 j'aime

61