"On naît avec quelque chose dans les veines."

Avis sur Un travail comme un autre

Avatar Anaïs Alexandre
Critique publiée par le

Le roman prend place dans les années 1920 en Alabama. Roscoe vit avec sa famille dans une ferme mais, lui, ce qui l'anime c'est l’électricité. Il est fasciné par le courant, par cette nouveauté qui se propage et dont il a fait son métier. Pour faire prospérer sa ferme il décide de détourner une ligne. Cela fonctionne jusqu'à la mort d'un employé venu réparer une ligne.

L'histoire est bien menée avec des ellipses intelligentes qui ménagent l'intrigue. On alterne entre une narration à la première et à la troisième personne. Cela nous permet de suivre au plus prêt tout les personnages. En creux du récit on trouve une description du système pénal de l'époque où règne la ségrégation.

Les personnages sont aussi très bien travaillés. Le double points de vue permet de comprendre ce qui se joue en eux et même si on suit surtout Roscoe, les personnages secondaire sont très intéressants aussi. A travers eux l'auteur explore les thèmes de la rédemption, de la culpabilité et la difficulté à obtenir le pardon. Elle interroge le sens des actes des personnages en bas de l’échelle sociale et qui cherchent leur place. On s'interroge aussi sur la justice et sur la possibilité de se réinsérer dans son monde après la prison.

C'est un très beau premier roman dont l'écriture simple mais efficace et pleinement au service de la narration. je l'ai lu dans le cadre du prix premier bouquin, et c'est clairement mon préfère car il est pour moi le plus aboutit.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
2 apprécient

Autres actions de Anaïs Alexandre Un travail comme un autre