"L'art des vers est l'alchimie qui transforme en beautés les faiblesses"

C'est lui qui l'a dit. C'est en tout cas par une petite méditation sur la poésie, la rime, et tout le tralala que commence Les Yeux d'Elsa. Aragon expose sa vision de ladite poésie en tant que transgression des règles établies, réinvention du langage à partir de l'imitation - exposé qu'il achève dans l'appendice de l'oeuvre.

Et puis entre la préface (nommée "Arma Virumque Cano") et l'appendice, il y a évidemment les poèmes. Le premier donne son nom au titre. Puis une série de poèmes intitulée Les Nuits, d'autres épars à tendance antique, une autre intitulée Les Plaintes, une autre sur Elsa...
La poésie d'Aragon, on peut le découvrir facilement, est riche de jeux sur les mots, les assonances et allitérations, les rimes, tout en étant extrêmement belle. J'ai en tête quelques vers particulièrement facétieux. Par exemple, dans "Les Yeux d'Elsa" :

"Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure".
Et je ne sais pas si vous le ressentez comme moi, mais je vois, j'entends la brisure, la fin du vers est brutale, cassante, au milieu de cette transparence bleutée. Je fus farouchement impressionnée.

D'autres vers sont intrigants. Ainsi, dans "La Nuit en plein midi" :

"Sous les mimosas noirs un feuillage de lait
Donne aux jardins fardés leur éclat de salade"
C'est à la fois complètement improbable, harmonieux, compréhensible, audacieux. Enfin ça m'a touchée, le coup de la salade.
D'autres jeux de mots sur les sonorités dans "Fêtes galantes" par exemple...

Bref, j'ai plutôt pas mal apprécié. Le tout est un savant équilibre entre beauté et ode à la beauté de la fameuse Elsa, sans tomber dans un écoeurant excès de lyrisme, et entre humour et légèreté. Entre mythes et petites histoires. Entre amour et... On m'aura comprise.
Les Yeux d'Elsa, c'est aussi un court, très court essai sur la poésie, sa déconstruction, l'importance des rimes (laquelle n'est pas selon lui l'essence de la poésie), et ça ne peut qu'ajouter à l'intérêt de l'oeuvre sans l'alourdir. A lire, donc.
Eggdoll
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Poésie, le peu que j'ai subi et parfois, le petit peu que j'ai aimé.

Le 26 juillet 2011

10 j'aime

Les Yeux d'Elsa
Rubedo
7

Critique de Les Yeux d'Elsa par Rubedo

"Les marins regardaient cette femme inconnue Étrangement parée aux couleurs de souffrance Attachée au récif bordé d'indifférence Si belle qu'on tremblait de voir qu'elle était nue" "Je l'imagine...

il y a 3 ans

1 j'aime

Les Yeux d'Elsa
philooooo
8

La poésie, source d'elle-même

"L'art des vers est l'alchimie qui transforme en beautés les faiblesses. C'est le secret des plus mystérieuses réussites de la poésie, française au moins."

il y a 3 ans

1 j'aime

3

L'Insoutenable Légèreté de l'être
Eggdoll
10

Apologie de Kundera

On a reproché ici même à Kundera de se complaire dans la méta-textualité, de débiter des truismes à la pelle, de faire de la philosophie de comptoir, de ne pas savoir se situer entre littérature et...

il y a 9 ans

134 j'aime

10

Salo ou les 120 Journées de Sodome
Eggdoll
8

Au-delà de la dénonciation : un film à prendre pour ce qu'il est.

Les critiques que j'ai pu lire de Salo présentent surtout le film comme une dénonciation du fascisme, une transposition de Sade brillante, dans un contexte inattendu. Evidemment il y a de ça. Mais ce...

il y a 10 ans

66 j'aime

7

Spring Breakers
Eggdoll
4

Non.

Je m'attendais à tout en allant voir ce film, tantôt encensé, tantôt répudié. A du trash, du sexe, de la drogue, tout ce que vous voulez - et je l'ai eu. Mais alors je ne m'attendais pas à me faire...

il y a 9 ans

48 j'aime

21