J'avais lu, entendu, nombres d'éloges sur ce roman et pourtant rien n'aurait vraiment pu me préparer à cette lecture. Nous avons tous une mère : différente, idolâtrée ou détestée, appropriée... et le travail de Vigan qu'elle que soit la mère qu'on ait ou qu'on ait eu ne peut que faire écho chez le lecteur.

L'auteure se prête à un jeu difficile, celui de l'analyse impossible d'une mère, depuis ses yeux et sa compréhension d'adulte à travers ses souvenirs d'enfance. Difficile, elle le dit elle-même, souvent, dans ces chapitres qui alternent entre récit de la vie de sa mère et récit de son travail d'écriture. Elle dit écrire par besoin, pour pouvoir écrire ensuite autre chose, sans vraiment chercher la vérité mais une vérité plus proche du roman (ce qu'elle fait de mieux soit-dit en passant).

C'est d'ailleurs très vite la forme que prend son récit. Nous ne sommes pas face à une biographie ou à une énumération de faits, mais à un drame qui se joue souligné par les chapitres où l'auteure reprend le "je" et explique, analyse, cherche à comprendre.
Et au final quelque soit la part de "vérité" dans cet ouvrage on ne peut qu'être admiratif de la façon dont elle se livre, elle, son histoire et celle de sa famille avec justesse et sensibilité.

Ajoutons que face à cette écriture "pénible" d'un roman qui l'empêche de dormir, de ce retour dans le passé qui la rend presque malade, Vigan atteint des sommets de virtuosité au niveau du style. Quelques vérités universelles sur le rapport à la mère et d'autres passages qui ramenés à soi m'ont tiré quelques larmes (et de tels livres se comptent sur les doigts d'une main).

Que vous dire de plus ? J'ai adoré. Il a gagné une place de choix dans ma bibliothèque parce qu'il est à la fois un roman atypique et sincère et qu'il y a des rencontres avec des livres qui nous marquent au cœur et à l'âme, Rien ne s'oppose à la nuit en fait partie.
Plume
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste J'aime, j'adore, j'en veux encore !!

Le 19 février 2012

13 j'aime

1 commentaire

Rien ne s'oppose à la nuit
BibliOrnitho
9

Critique de Rien ne s'oppose à la nuit par BibliOrnitho

Delphine de Vigan écrit sur sa mère. Un texte qui s'ouvre et s'achève avec la mort de Lucile parvenue au bout du chemin, qui ne désire pas aller plus loin mais au contraire de mourir vivante...

il y a 10 ans

23 j'aime

Rien ne s'oppose à la nuit
Elise_Trukovics
9

Allo Maman bobo

Il faut avouer que parler de sa mère est un sujet galvauder, beaucoup d'écrivains couchent sur le papier leurs sentiments à l'égard de leur maman. Comme si la mère, plus que le père portait en elle...

il y a 6 ans

19 j'aime

3

Rien ne s'oppose à la nuit
babouchka
4

Se situer dans la lignée d'Angot...

Rien ne s'oppose à la nuit se lit d'une traite, avec avidité je dirais. Pourtant un lourd sentiment de malaise s'installe vite: on est dans du voyeurisme pur. Je ne pouvais m'empecher de me dire: si...

il y a 11 ans

17 j'aime

6

La Quête d'Ewilan - L'intégrale
Plume
8

Critique de La Quête d'Ewilan - L'intégrale par Plume

Camille est une jeune fille anormalement intelligente. Ses réflexions font d'elle une demoiselle étourdie, absorbée dans ses pensées. Au point qu'un jour, elle traverse sans regarder devant un...

il y a 12 ans

15 j'aime

Les Hauts de Hurle-Vent
Plume
9

Critique de Les Hauts de Hurle-Vent par Plume

Cette propriété balayée par les vents du haut de la lande enferme une sinistre histoire. Lockwood, nouveau locataire du voisinage va, suite à sa visite aux Hauts et à la vision d'un spectre errant,...

il y a 12 ans

15 j'aime

2

Eleanor & Park
Plume
7

Critique de Eleanor & Park par Plume

Après avoir lu tant de bien sur ce roman je me suis finalement lancée cet été, encouragée par ma première lecture de Rowell satisfaisante il y a quelques mois. Et je dois dire que même si j'ai aimé,...

il y a 8 ans

14 j'aime