👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après trois premiers épisodes qui donnent tout de suite le ton, je m’étais fais une réflexion : vais-je tomber sur un mauvais épisode ? Arrivé au début de la saison deux, cette réflexion s’est transformée en un petit jeu : vais-je trouver une seule scène banale, ou dont la mise en scène est douteuse, ou avec un acteur pas dans son assiette, une seule scène assez inintéressante pour me laisser tenter par mon téléphone ? Je vous invite à la chercher, cette scène banale, parce que je ne l’ai honnêtement pas trouvée, d’où cette note d’ailleurs.

Il faut le dire, c’est désormais devenu un gage de qualité : les séries british au format court mais brutalement efficace foisonnent et font parler d’elles. Sherlock, Utopia, Black Mirror, ou même Misfits.

Peaky Blinders c’est le mélange totalement improbable entre Downton Abbey et Sons of Anarchy. L’univers et l’esthétique rappellent même un certain Gangs of New-York. C’est la lutte incessante d’un homme pour faire passer sa petite entreprise prospère mais pas très réglo dans la légalité, en se frayant un chemin parmi les gangs raciaux innombrables. C’est une lutte des classes mais aussi une lutte du plus fort, où les alliances se font et se défont plus vite que dans un chapitre de Game of Thrones. Cet homme qui part à la conquête d’un territoire toujours plus grand c’est Tommy Shelby, alias Cillian Murphy, qu’on a vu, excusez du peu, dans 28 jours plus tard, les 3 Batman de Nolan, ou Inception. Il a pour l’occasion complètement retravailler son accent, si spécifique à la ville.

Le décor ? Une ville de Birmingham qui retrouve ses héros après une première guerre mondiale qui aura changé tous ses survivants. Période historique si excitante, dont Downton et Boardwalk Empire s’étaient déjà abondamment abreuvé, avec ce monde à conquérir et qui s’accélère. La réalisation est resplendissante, graineuse, souvent caractérisée par la fumée, le brouillard, la poussière dans cette ville de Birmingham qu’on appelle aussi, ça ne s’invente pas, Brum.

C’est intelligent, rythmé, plein d’esprit, osé, bourré de testostérone, absolument grandiose. C’est esthétiquement violent et violemment esthétique.

Je te demande donc une chose à toi qui est arrivé jusqu’ici : Trouve-moi cette scène banale qui remettrait en cause l’attribution d’une note maximale. Allez vas-y. Tu te retrouveras très vite, comme moi, à vite finir les deux saisons et à continuer ce petit jeu dans une saison trois déjà annoncée.

Peaky
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes et Les anglais le font mieux

il y a 7 ans

39 j'aime

9 commentaires

Peaky Blinders
Alexis_Bourdesien
6

Gangs of Birmingham

Peaky Blinders narre l'histoire d'une famille de malfrats, les Shelby, qui règne sur la ville de Birmingham. Très frères qui font la loi, Arthur l’aîné de la famille, John le benjamin, Thomas la...

Lire la critique

il y a 8 ans

81 j'aime

11

Peaky Blinders
CaptainSmoke
7

British Empire

Passée quasiment inaperçue, Peaky Blinders (inspirée d'une histoire vraie bien qu'énormément arrangée) est une excellente surprise en 6 épisodes. D'une part parce qu'elle compte dans son casting...

Lire la critique

il y a 8 ans

74 j'aime

18

Peaky Blinders
Peaky
10

May we all die twice.

Après trois premiers épisodes qui donnent tout de suite le ton, je m’étais fais une réflexion : vais-je tomber sur un mauvais épisode ? Arrivé au début de la saison deux, cette réflexion s’est...

Lire la critique

il y a 7 ans

39 j'aime

9

Annihilation
Peaky
9
Annihilation

L'expérience traumatisante d'une merveille de Science Fiction

J’ai le cœur qui bat à 100 à l’heure, mes mains tremblent, j’encaisse. J’encaisse ce qu’il vient de se passer, ce qu’il vient de se dérouler sous mes yeux. L’expérience est traumatisante et laissera...

Lire la critique

il y a 4 ans

112 j'aime

16

The Revenant
Peaky
9
The Revenant

Immersion totale.

Passé l’exercice de style, accompli avec un brio rafraîchissant et sans précédent, de Birdman, Inarritu revient avec une œuvre, toute aussi maîtrisée, mais plus complète. Dès l’une des premières...

Lire la critique

il y a 6 ans

112 j'aime

18

Brimstone
Peaky
8
Brimstone

Le hollandais malfaisant

On le savait déjà, les réalisateurs hollandais n'ont pas froid aux yeux. Et pour dire les choses comme elles le sont, ce film est insoutenable. Que ce soit le glauque vif, l'absence de morale, les...

Lire la critique

il y a 5 ans

89 j'aime

7