Affiche La Foule

Critiques de La Foule

Film de (1928)

Born on the Fourth of July

Je reconnais avoir toujours eu une passion pour le cinéma muet, de Griffith à Murnau en passant par des Feuillade, des von Stroheim et encore tant d'autres, j'en ai avalé des kilomètres de péloche muette, envahi par l'ivresse des profondeurs, je me suis même demandé si j'allais retrouver la saveur du "parlant". Mais, de tous ces plaisirs silencieux, il n'en existe qu'un seul qui m'ait... Lire l'avis à propos de La Foule

81 20
Avatar Kalopani
10
Kalopani ·

There's everything nice about you

Une histoire toute bête d'un couple qui se découvre, pas de pitchs ni de twists inventifs, pas de retournements compliqués ou de technologie d'aucune sorte, pas d'artifices de scénario. L'amour tombe du ciel, les mois passent, le travail est aliénant, la famille s'agrandit, l'argent ne tombe pas du ciel, John et Marie sont heureux à la fête foraine. John est insouciant et rêve d'être un grand... Lire la critique de La Foule

69 16
Avatar drélium
10
drélium ·

"I want to be just like you !"

Il a 12 ans, boucles brunes et regard clair dans un visage rieur : celui d'un jeune garçon né un 4 juillet, en cette fête nationale qui autorise tous les espoirs d'une foule en liesse. Mais la vie n'est qu'une succession de moments joyeux et tristes et la disparition prématurée d'un père que John adorait, va accentuer chez l'enfant une indicible mélancolie,... Lire la critique de La Foule

144 86
Avatar Aurea
10
Aurea ·

Le combat ordinaire

(Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : guyness, Kalopani) John nait avec le siècle et va l’incarner : obsédé à l’idée de « devenir quelqu’un », il rejoint la foule des individus en quête d’une opportunité, dans le pays qui apparemment les donne à chacun. Tout entier tendu vers cet objectif prestigieux, il alterne entre procrastination et abattement au sein de la grande machine du... Lire la critique de La Foule

69 5
Avatar Sergent_Pepper
9
Sergent_Pepper ·

Le venin

Il est des films qu'il ne vaut mieux pas voir. Des œuvres dangereuses. Parce qu'après les avoir vues, tu ne pourras plus jamais prétendre être tout à fait le même, sans passer pour un menteur de catégorie poids (extra-)lourd ou pour un parfait imbécile doublé d'un insensible de la pire espèce: hermétique à la beauté et à la simplicité. Jeune homme (ou moins jeune, d'ailleurs) toi qui te... Lire l'avis à propos de La Foule

79 42
Avatar guyness
10
guyness ·

Au petit hasard

L'objet cinématographique suprême. Trouvez-le, regardez-le, aimez-le pour le restant de vos jours. John Sims est né le 4 juillet, il accoste à New York pour réaliser ses rêves insignifiants, puis il y est embauché dans un immense open-space, fourmi au milieu de ses congénères de gratte-ciel. C'est l'archétype du vaillant petit citoyen américain encore empli de l'enthousiasme des pionniers. Sims... Lire la critique de La Foule

42 7
Avatar virgule virgule
10
virgule virgule ·

Emporté par La Foule

J'aime bien Edith Piaf, mais quand j'ai appris qu'elle avait réalisé un film j'étais un peu circonspect. Plus sérieusement, l'envie de voir ce film muet de 1928 me vient d'un de mes éclaireurs l'ayant intégré à son top 10. Etant habituellement plutôt féru du genre, je me suis donc plongé dans ce film. Que dire qui n'ait pas été déjà dit, mieux dit ? La Foule raconte l'histoire d'un homme qui... Lire la critique de La Foule

23 5
Avatar Black_Key
10
Black_Key ·

Trouver sa place

Poser quelques mots sur un film comme the Crowd n'est pas évident. Le film de King Vidor s'établit facilement comme l'un des meilleurs films de l'âge d'or du cinéma muet, et se révèle hilarant, attendrissant, et bouleversant. Il s'agit là du parcours d'un jeune homme au rêve de gravir les marches de New York, et de devenir ce quelqu'un, cet homme qui... Lire l'avis à propos de La Foule

4
Avatar Will Carlier
10
Will Carlier ·

Emporté par la foule !

Quel film surprenant, très beau formellement, comme au début, un magnifique plan d’un gamin dans les escaliers, qui vient d’apprendre la mort de son père, avec en contrebas, la foule des badauds et un peu plus tard, un enchaînement de plans géométriques qui montrent l’immensité de la ville de New York, style « Berlin, symphonie d’une grande ville » de Ruttmann, ou « L’homme à la caméra » de... Lire la critique de La Foule

11 10
Avatar Roinron
9
Roinron ·

Critique de La Foule par Minimus

La foule, elle n'est pas seulement à New-York. Elle est aussi présente dès le début, dans ce village d'enfance où le garçon a déjà du mal à se frayer un chemin chez lui. Scène à la fois grotesque et touchante : l'homme qui veut "faire taire" la ville car son enfant est malade et doit se reposer. Le policier lui répond que le monde ne peut pas s'arrêter à cause de ça. Le film est ainsi construit... Lire l'avis à propos de La Foule

13
Avatar Minimus
8
Minimus ·