Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

D'Orelsan, il faut dire que je ne le connaissais que pour son doublage dans la série One-Punch Man ! Je ne savais pas ce qu'il chantait, ni à quoi il ressemblait, car il faut dire que je ne connais pas trop le rap. Du coup, j'ai découvert ce film, le premier qu'il a réalisé, écrit et joué, en collaboration avec Chistophe Offenstein, que je connais un peu plus via ses collaborations avec Guillaume Canet.


Orelsan joue son propre rôle, avec son meilleur ami joué par Gringe, et ce sont clairement deux glandeurs, sans grandes ambitions, qui ne bougent pas vraiment, qui attendent que la gloire leur tombe dessus sans rien faire, et ça commence à agacer leurs producteurs de rap, qui leur somment d'écrire un titre, auquel cas leur collaboration cesse. Ça va ainsi leur donner un coup de pied aux fesses, pour trouver l'inspiration autre que leurs paroles immatures.


Il faut dire qu'on sent fortement l'influence des films de Kevin Smith, à savoir l'éloge de la glandouille, et aussi du duo Delepine/Kervern dans le côté road movie. Mais c'est aussi une belle histoire d'amitié entre Orelsan et Gringe, qui restent toujours ensemble y compris avec des problèmes de filles ou d'inspiration. Mais c'est aussi, en dépit de moyens qu'on sent modestes, une ode au cinéma, avec un tournage en pellicule et un format 2:35.
Mais malheureusement, les meilleures intentions ne font pas un bon film, car je trouve que tout ceci est un peu vain. Car en fait, ça ressemble plus à une succession de petits sketches, sur une situation donnée, avec pas mal de rap, avec quelques moments amusants quand ils rendent visite à un de leurs potes dans une sorte de Cash Converters, où ce mec est complètement allumé, ou la grand-mère d'Orelsan qui vient le voir au studio... pour lui apporter du pâté ! De plus, on sent bien la connivence entre les deux chanteurs qui n'est pas feinte, et dont l'histoire est sans doute inspirée de leurs vies, mais au bout du compte, le film n'est qu'une ensemble de galères qui, mises bout à bout, ne donne pas grand chose.


On ne s'ennuie pas vraiment, mais tout cela est un peu vain.

Boubakar
5
Écrit par

Créée

le 18 mai 2019

Critique lue 865 fois

5 j'aime

Boubakar

Écrit par

Critique lue 865 fois

5

D'autres avis sur Comment c'est loin

Comment c'est loin
Ymaël_Ronflé
9

Diagnostic de la passion médiocre.

"Putain mais quand est-ce qu'on a commencé à kiffer la médiocrité comme ça nous?" Avoir des rêves, c'est pas fait pour les réaliser, c'est bien trop effrayant. C'est rassurant de se dire qu'on ne...

le 9 déc. 2015

167 j'aime

4

Comment c'est loin
Sullyv4ռ
8

Je partirai jamais en laissant ma critique inachevée

J'ai enfin vu le film Comment c'est loin, depuis le temps que je saigne la bande son, je vous cache pas que j'en attendais beaucoup (tout en sachant que ça n'allait pas être un chef d'œuvre). J'ai...

le 6 oct. 2016

30 j'aime

2

Comment c'est loin
Moizi
3

Comment c'est chiant

Je pense que je ne surprendrai personne en disant que je n'aime pas Orelsan et que ce film ne me disait rien au départ... et que j'ai regardé ça par flemme de regarder un bon truc... Mais ouais, le...

le 29 avr. 2016

18 j'aime

1

Du même critique

Total recall
Boubakar
7

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

le 11 nov. 2012

44 j'aime

3

Massacre à la tronçonneuse
Boubakar
3

On tronçonne tout...

(Près de) cinquante ans après les évènements du premier Massacre à la tronçonneuse, des jeunes influenceurs reviennent dans la petite ville du Texas qui est désormais considérée comme fantôme afin de...

le 18 févr. 2022

42 j'aime

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

le 15 sept. 2013

42 j'aime

9