Himizu: un film socialement valorisant.

Sion Sono est un artiste japonais polyvalent, touche-à-tout et anticonformiste. Ce qui en fait tout naturellement un réalisateur singulier. Son cinéma reflète son obsession d’une société japonaise malade, corrompue et indifférente. On retrouve dans tous ses films, y compris Himizu donc, cette obsession à travers des personnages de laissés pour compte, complètement ahuris et soumis devant une aveugle fatalité qui s’acharne sur eux…Souvent de façon violente. Peu d’institutions ont grâce aux yeux de Sion Sono : les familles sont avant tout constituées d’une mère salope et d’un père raté (bel Œdipe en perspective pour leur progéniture), l’école est un ramassis d’idéalistes fanatisés à lunettes, la police est étrangement absente et ne se préoccupe guère de situations qui réclameraient pourtant toute son attention. L’univers de Sion Sono est donc sombre, excessif et désespéré (d’autant plus lorsque le contexte de l’intrigue se situe juste après la catastrophe de Fukushima). Et ce malgré les quelques fulgurances d’humour, forcément noir, et de poésie, forcément ambivalente, qui viennent éclairer ces tableaux de temps à autres…
Dans Himizu, adaptation d’un manga de Minoru Furuya datant de 2001, on suit les efforts d’un adolescent prénommé Sumida pour avoir une vie « normale ». Entre un père raté et violent et une mère nympho et égocentrique, il n’est pas au bout de ses peines et devra se débrouiller seul en composant avec les paumés vivant autour de son petit commerce, une étrange jeune fille légèrement masochiste et les quelques yakusas qui traînent leurs guêtres dans ces lieux abandonnés. Son parcours initiatique le mènera au bord de la folie.
Himizu n’est pas un mauvais film. Mais cela n’en fait pas un Outbuster. Je ne pense pas qu’hors de la cohorte très restreinte des aficionados de Sion Sono, on trouve beaucoup de public pour apprécier ce drame intense mais artificiel dans sa démesure, ces longueurs que seuls quelques notes de musique classique viennent agrémenter, ces personnages « bigger than life » aux relations souvent gênantes parce qu’inhabituelles et ces déclamations impromptues de poèmes pluvieux.
C’est du cinéma certes mais il n’est pas très accessible.


Pourquoi regarder : parce que connaître le cinéma de Sion Sono fait de vous un être à part.


Pourquoi ne pas regarder : parce qu’on en sort fatigué.

Outbuster
3
Écrit par

Le 25 février 2016

8 j'aime

5 commentaires

Himizu
Bondmax
9
Himizu

Je connais tout, sauf moi-même

Je connaissais Sion Sono pour son cinéma plutôt survolté, il faut dire alors qu’en lisant le pitch d’Himizu, je m’attendais à une exception dans la filmo du japonais, une sorte de drame social sur...

Lire la critique

il y a 7 ans

27 j'aime

Himizu
Truman-
8
Himizu

Quand la nature détruit l'homme au plus profond

Sono Sion filme ici le Japon post tsunami du 11 mars 2011, un sujet qui semble le toucher et lui tenir a coeur car il réalisa un second film après celui ci parlant de Fukushima plus précisément ( The...

Lire la critique

il y a 9 ans

23 j'aime

6

Himizu
Omelette-aux-Blettes
7
Himizu

Du bon et du moins bon

L’œuvre nous présente la société japonaise suite au séisme de Fukushima, en mettant en avant ses conséquences sur l'Homme, leurs comportements, le vide qu'ils ressentent en eux, la dégradation au...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime

5

Lumières dansantes
Outbuster
8

Mads Mikkelsen n'aime pas les vaches.

Dans ce film Mads Mikkelsen, que vous connaissez surement, tue une vache en lui tirant dans la tête à bout portant. Elle le regardait de son air impavide et néanmoins entendu. Dans ce film Nikolaj...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

6

Mandibules
Outbuster
7
Mandibules

Le dernier Dupieux qui fait mouche !

Découvert cette semaine dans le cadre du festival Grolandais de Toulouse, le nouveau film de Quentin Dupieux est une comédie burlesque qui raconte les aventures de deux amis un peu con-con qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

Himizu
Outbuster
3
Himizu

Himizu: un film socialement valorisant.

Sion Sono est un artiste japonais polyvalent, touche-à-tout et anticonformiste. Ce qui en fait tout naturellement un réalisateur singulier. Son cinéma reflète son obsession d’une société japonaise...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

5