Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Les étudiants n’ont pas besoin de travailler pour vivre, et les ouvriers n’ont pas besoin de vivre pour travailler. On peut recevoir davantage d’amour de l’enfant d’un autre que du sien, de la femme d’un autre que de la sienne, ne penser qu’au désir sans arriver à en éprouver, et jouer toute sa vie à un jeu dont on connaît à peine les règles.


On peut se donner entièrement à son travail alors qu’on le déteste, justement parce qu’on le déteste, pour l’oublier par le fait même d’en dépasser les limites. On peut vendre sa dignité pour des bibelots, et la retrouver en les cassant, non sans tordre le cou au Picsou en plastique qui passe, puisque le vrai on ne l’attrapera jamais.


La Classe ouvrière va au paradis est plein de nuances sous des dehors de brutalité, comme le jeu de Gian Maria Volonté, parfait en bête de somme, bête traquée d’ailleurs, qui ne peut trouver de réconfort qu’auprès du sublime Salvo Randone, ne trouvant pour sa part le sien que dans la folie.


On en veut aux syndicats étudiants d’être trop extrémistes car ils n’ont rien à perdre, mais on les comprend, on en veut aux syndicats ouvriers d’être trop modérés car ils ont trop à perdre, mais on les comprend, on en veut à la coiffeuse d’avoir des rêves médiocres, mais on la comprend.


On en veut à notre héros de gâcher son seul moment de plaisir possible, en même temps qu’il gâche celui de celle qui l’accompagne dans une voiture aussi fatiguée que lui, mais on le comprend.


Elio Petri est ici à la fois hyper-réaliste et totalement poétique, et a certainement rejoint la classe ouvrière des années 70, sans doute au paradis puisqu’elle a vécu au purgatoire.

Duan

Écrit par

Critique lue 1.6K fois

38
4

D'autres avis sur La Classe ouvrière va au paradis

La Classe ouvrière va au paradis
oso
8

La bête dans les nuages

S’il fallait isoler une séquence de la classe ouvrière va au paradis pour le résumer, ce serait probablement cette partie de jambes en l’air très romantique entre un ouvrier blasé et la muse qui lui...

Par

le 6 juil. 2015

11 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
Utopia
9

OPERAI !

La classe ouvrière va au paradis est un grand film politique. C'est à ce caractère politique que je réduis ma critique. Dans ce long-métrage, on ne parle pas de l'Usine, on la montre. On ne parle...

le 30 juin 2015

10 j'aime

La Classe ouvrière va au paradis
AMCHI
7

En attendant le paradis, c'est l'enfer sur Terre

Dans La Classe ouvrière va au paradis on a encore droit à une incroyable prestation survoltée de Gian Maria Volonte, confirmant de film en film qu'il est l'un des mes acteurs préférés.Une œuvre...

le 8 juin 2022

10 j'aime

6

Du même critique

Les Hommes de la mer
DuanerTeuguaf
9

Il y a deux sortes de gens, il y a les vivants, et ceux qui sont en mer.

Peut-être est-ce un goût personnel pour les outsiders qui me fait préférer chez Ford Qu’elle était verte ma vallée aux Raisins de la colère et le Massacre de Fort-Apache à la Prisonnière du désert,...

Par

le 2 sept. 2017

18 j'aime

5

Mon père avait raison
DuanerTeuguaf
9

Qui ne tolère pas la plaisanterie supporte mal la réflexion.

Après avoir vu une quinzaine de Guitry, je le trouvais élégant, spirituel, drôle ; léger, parfois trop, clairvoyant, parfois misogyne, français, parfois parisien. Je le trouvais également, et...

Par

le 1 sept. 2017

17 j'aime

14

Il boom
DuanerTeuguaf
8

Au pied de la lettre de crédit.

Prenant au mot l’expression populaire « les yeux de la tête » (un occhio della testa, soit « un œil de la tête », littéralement) Vittorio De Sica utilise la tradition de la...

Par

le 11 sept. 2017

15 j'aime

7