Une nuit comme les autres en Iran. Dans les ombres mordent les corps tarifés offerts. Une nuit propice à la solitude, à l'insécurité, à l'humiliation. Si les minarets dorés s'illuminent, ils ne peuvent chasser les ténèbres d'un pays de fondamentalisme religieux.


La mort rôde la nuit dans les ténèbres de la ville sainte. Elle frappe les femmes corrompues et corruptrices dans une première partie qui emprunte la forme classique du thriller qui ne tarde pas à dévoiler le visage de son serial killer. Un homme tranquille et rangé, en apparence. Mais un homme aussi rongé par la folie de sa religion et qui n'a pas pu mourir en martyr.


La chasse sera donc menée au nom d'une purification hypocrite, d'une oeuvre publique de nettoyage au service de Dieu au cours de laquelle on ne cesse de coller aux basques de l'assassin, jusque dans les excès de sa violence crue et terrassante, alors que la caméra traque jusqu'à la dernière étincelle d'une vie qui s'en va.


Les Nuits de Mashhad aurait pu s'arrêter là, dans cette traque crépusculaire et ténébreuse, dans les pulsions de mort de son meurtrier en série que la caméra imprime sur la pellicule sans détourner son objectif.


Mais Ali Abbasi choisit de doubler la tension irriguant son oeuvre d'un portrait d'une société sous le joug religieux, où la moitié de la population est renvoyée à sa triste condition.


Celle d'une femme comme les autres à Mashhad, renvoyée à sa propre solitude, à l'insécurité, à l'humiliation. Et si les minarets dorés s'illuminent, ils demeurent aveugles à la souffrance endurée, tout comme cette société qui se fout de ce qui peut lui arriver dans les ténèbres qui baignent ses nuits et ses rues.


Et sous la caméra d'Abbasi, le constat se fait réquisitoire. Un constat dressée par une journaliste en lutte pour faire son métier, pour imposer son émancipation. Dans ses yeux se dessine tout l'archaïsme d'une société iranienne, ses impasses religieuses, ses préceptes comme autant de faux-semblants, ses forces de l'ordre qui n'en ont que le nom.


Une société qui se félicite du nettoyage de celui que l'on appelle le Holy Spider, qui en fait son nouveau héros, le gardien de sa pureté et de sa morale. Car c'est bel et bien l'assassin qui reprend finalement la main sur le récit et la réalité décrite par Abbasi. Et toute cette société avec lui.


Et le plus effrayant, c'est que Ali Abbasi nous confronte à la véracité de la situation, des horreurs qu'il a mises en image, de ce fondamentalisme religieux qui fait froid dans le dos et nous éprouve.


Car on réalise que Les Nuits de Mashhad ne pourront que donner naissance à d'autres Holy Spider. Parce que le mal a été validé par la morale, sanctifié par l'excitation des fidèles et la religion qui gouverne leur existence. Parce que cette journaliste courageuse, malgré elle, a donné un visage humain à un monstre considéré comme un exemple à suivre.


Tout comme Abbasi, finalement, au terme d'une exploration sans retour de toute la noirceur d'un monde que n'aurait pas reniée William Friedkin.


Behind_the_Mask, qua Ta volonté soit faite.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2022 et Les meilleurs films de 2022

Créée

le 19 août 2022

Critique lue 73 fois

8 j'aime

5 commentaires

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 73 fois

8
5

D'autres avis sur Les Nuits de Mashhad

Les Nuits de Mashhad
Sergent_Pepper
5

Explicit gimmicks

Alors qu’il semblait se spécialiser dans le registre fantastique avec le coup d’essai *Shelley *et le plus surprenant *Border *en 2018, Ali Abbasi revient sur les écrans avec un projet bien plus...

le 13 juil. 2022

36 j'aime

6

Les Nuits de Mashhad
EricDebarnot
6

La chasseresse

Depuis qu'il adopte les codes du thriller moderne, le cinéma iranien a la cote, et est porté aux nues par des gens qui ne supporteraient pas regarder plus de dix minutes d'un chef d'oeuvre de...

le 14 juil. 2022

17 j'aime

Les Nuits de Mashhad
Procol-Harum
4

Point de vue, en question

Après avoir questionné le spectateur sur l’idée qu’il se faisait d’une frontière morale (où se situe le bien, le mal, la monstruosité ?), en adoptant le point de vue du « monstre » dans Border...

le 16 juil. 2022

14 j'aime

3

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25