Attention, cet avis comporte ce genre de spoilers:


des flics faisant preuve d'humanité? Faut classer le film dans le genre "science-fiction', non? Ok, c'était gratuit et méchant. En 2019, la police française, c'est aussi 23 millions d'heures supplémentaires non payées, un suicidé par semaine et le risque à chaque instant d'être pris pour cible.


Adapté du roman éponyme d'Hugo Boris, prix Eugène-Dabit 2016, le film d'Anne Fontaine... attendez, le prix quoi?
Selon Wikipédia, "le prix Eugène-Dabit du roman populiste est un prix littéraire français créé en 1931 par Antonine Coullet-Tessier pour récompenser une œuvre romanesque qui « préfère les gens du peuple comme personnages et les milieux populaires comme décors à condition qu'il s'en dégage une authentique humanité. »
Ah bon?! Les gens du peuple n'y sont tolérés que s'ils ne sont pas vils, bas et hargneux. Progressisme ou condescendance? Allez, on va miser sur la 1ère hypothèse.
Autant dire que Valentin Gendrot, journaliste infiltré qui a bêtement dépeint le quotidien d'un commissariat du 19ème arrondissement de Paris n'obtiendra jamais cette récompense. Par manque de romanesque évidemment...


La bande-annonce semblait promettre un huis-clos étouffant qui ferait monter la tension dans l'habitable d'une voiture de patrouille, entre conflit moraux, duels idéologiques et rancœurs existentielles. Ça aurait pu être du grand cinéma théâtralisé. Evidemment, pour ça, il faut avoir des situations à déclencher, des thèses à avancer et des dialogues salés. Or le huis-clos n'occupe qu'une part réduite du long-métrage et se révèle assez pauvre.


En revanche, le film est généreux en sous-intrigue inutiles. Surtout dans la 1ère moitié. Il fallait bien meubler 1h39....en fait,


non, il ne fallait pas.


Et comme il n'y a rien à raconter, la réal filme le vide en espérant que le casting l'habite avec intensité. Ça marche une fois sur trois. Et comme il n'y a vraiment rien à raconter, la réal le raconte 2 fois. On aura donc le déplaisir de revoir les mêmes scènes mal dialoguées filmées d'une autre caméra. D'habitude, le procédé sert à apporter un nouvel angle de vue (au sens propre) qui vient bouleverser notre perspective de spectateur. Ici l'effet rashômon devient rachitique. Le nouvel angle redit mais n'éclaire rien de plus. Une blague lourdingue sur les ovaires reste une blagues lourdingues sur les ovaires même filmée à contre-champ. Ou comment présenter les personnages en répétant péniblement des séquences là où le bouquin posait des caractères en quelques lignes.


Allez, il reste quand même


un acte d'authentique humanité qui ne résout rien d'autre que la conscience moral d'un des personnages


et quelques répliques sorties de nul part mais des plus didactiques pour nous expliquer le calvaire usant au quotidien des policiers (manque de moyen, promiscuité permanente avec la misère humaine..). Y a plus qu'à en faire un film. Ah zut, Maïwenn l'a déjà puissamment fait. Ça s'appelle "Polisse" et c'est tout de suite plus crédible quand c'est mal orthographié.


Quant à Police bien orthographié, je mets 1 étoile par acteur.

Dandure
4
Écrit par

Le 6 septembre 2020

6 j'aime

Police
DavidRumeaux
3
Police

Police !

Alors là. Autant j’apprécie la carrière éclectique d’Anne Fontaine, autant il me sera tout simplement impossible de défendre ce film d’une quelconque maniére ! Virginie, Erik et Aristide (si si,...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

Police
6nezfil
5
Police

Sous l'uniforme

Anne Fontaine continue à être une réalisatrice déconcertante et inégale, capable du meilleur (Les innocentes, Nettoyage à sec) comme du moins bon. Police possède un vrai beau sujet de départ (la...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

1

Police
QuentinBombarde
7
Police

Peau lisse

Police est un titre trompeur. Anne Fontaine ne signe pas là son premier film policier mais continue son observation humaine dans un long-métrage porté par de superbes acteurs. Anne Fontaine, malgré...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

Antebellum
Dandure
3
Antebellum

Un titre en latin ne rend pas un film intelligent

Attention, ce spoiler comporte ce genre d'avis: s'il y a un sujet qui n'est pas abordé par Antebellum, c'est bien le racisme. Et j'ai rarement vu des "scares" faire aussi peu "jump". Ici, je raconte...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

7