Couverture Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau

12345678910
Quand ?
7.7
  1. 4
  2. 5
  3. 11
  4. 28
  5. 90
  6. 300
  7. 999
  8. 1367
  9. 623
  10. 266
  • 3.7K
  • 273
  • 1.5K
  • 31

Sur la Côte d'Azur, une discussion éclate au sein d'un groupe de pensionnaires d'un hôtel : la femme d'un industriel s'est enfuie avec un jeune homme.

Match des critiques
les meilleurs avis
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
VS
La passion toujours et encore

Faut-il que Stefan Zweig soit un passionné pour écrire de telles nouvelles, Faut-il qu'il ait une sensibilité à fleur de peau pour conter avec autant de passion les relations amoureuses. Fait-il qu'il ait été dévoré par cette passion pour mettre un jour fin à ses jours. A travers cette nouvelle Stefan Zweig nous fait passer 24 heures avec une femme qui va découvrir soudainement la passion, qui va être irrésistiblement attirée par le désir provoqué par une rencontre, qui va être chamboulée...

17
Critique de Vingt-quatre heures de la vie d'une... par Gwen21

J'ai enfin pris le temps de lire l'une des nouvelles les plus plébiscitées de Stefan Sweig, "Vingt-quatre heures de la vie d'une femme". Texte court qui se lit d'une traite, phénomène que j'attribue pour ma part à l'excellence du style plutôt qu'à l'intérêt du récit. En effet, même en débutant ma lecture avec un a priori positif, je n'ai ressenti ni empathie pour Mrs C., l'héroïne de cette aventure (à plus d'un titre), ni compassion pour ses sentiments. Toute la trame de cette histoire de... Lire l'avis à propos de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

12 1
Critiques : avis d'internautes (41)
Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
24 heures ? Zweig occulte Bauer.

"La plupart de gens n'ont qu'une imagination émoussée. Ce qui ne les touche pas directement, en leur enfonçant comme un coin aigu en plein cerveau, n'arrive guère à les émouvoir; mais si devant leurs yeux, à portée immédiate de leur sensibilité, se produit quelque chose, même de peu d'importance, aussitôt bouillonne en eux une passion démesurée. Alors ils compensent, dans une certaine mesure,... Lire l'avis à propos de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

40 6
Avatar guyness
7
guyness ·
Critique de Vingt-quatre heures de la vie d'une... par madamedub

Est-ce que vingt quatre heures peuvent changer la vie d'une femme? Telle est la question de ce court roman de Stefan Zweig, qui relate comment une femme honorable, veuve et seule au monde, a pu s'éprendre d'un jeune homme en ayant simplement observé ses mains dans un casino, et ressenti toute la détresse dont elles étaient détentrices. S'en suivra une grande confusion entre fièvre du jeu,... Lire la critique de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

26 4
Avatar madamedub
10
madamedub ·
Critique de Vingt-quatre heures de la vie d'une... par DieLorelei

Il y a parfois des moments brefs de notre vie qui changent notre rapport au monde et restent en nous gravés plus profondément que des années entières. Parfois, vingt-quatre heures suffisent à changer la vie d'une femme. C'est ce que ce livre en tout cas nous fait comprendre. Ecrit avec une grande finesse, tout l'art de Zweig y est, la concision, la mesure, et surtout la grande lucidité. Une... Lire la critique de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

16 9
Avatar DieLorelei
10
DieLorelei ·
Quel bijou!

Dès les premières pages, j'ai compris que j'avais à faire à un petit chef d'oeuvre. Un style absolument savoureux, des tournures de phrases à vous faire chavirer et un style d'une élégance parfaitement réjouissante. Le livre m'a fait penser au Lys dans la vallée de Balsac et L'amour et les Forêts d'Eric Reinhardt (il est assez marrant d'ailleurs de noter que ce livre de Zweig est... Lire l'avis à propos de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

1
Avatar Aptiguy
9
Aptiguy ·
Découverte
« Au miroir concave de ces mains »

J’aurai toujours des réticences avec Zweig. La première concerne son style – et peut-être la langue littéraire allemande du XXe siècle en général. Chaque phrase a l’air contrainte, sanglée, torturée, corsetée, ligaturée comme les branches d’un bonsaï. La traduction ? mais toutes les traductions de Zweig me font cet effet… (C’est peut-être aussi que j’ai connu une professeure d’allemand à... Lire l'avis à propos de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

5 3
Avatar Alcofribas
8
Alcofribas ·
Toutes les critiques du livre Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (41)