Il est extrêmement simple de détester Stoker.

Il y a en effet une telle débauche d'idées visuelles, une telle surenchère de mise en scène, de montage, d'esthétisme (y a qu'à voir le générique) pour pouvoir se sentir repoussé soit par le style lui-même, soit par l'hyper-présence de la personnalité de Park Chan-wook.

Mais là où ses compatriotes ont en partie (ou totalement) raté leur entrée sur le sol américain (à leur corps défendant, pour certains, et prions pour Bong Joon-ho !), ce parti prix ostensible peut aussi séduire.

D'autant que quand elle est adossée à une première partie un brin mystérieuse et déroutante, la réalisation fait mouche. La forme épouse un fond en trompe l’œil hypnotique et s'y perdre y est délicieux.

Quand la dernière demi-heure décide d'épouser une forme plus polarisée, quand le mystère laisse la place au thriller, on a alors peur que le propos s'englue et que l'ensemble ne finisse par ressembler un mauvais De Palma.
(qui a crié pléonasme, au fond ?)

Mais, sur un fil précaire, l'ensemble finit par garder un équilibre salutaire et, pour peu qu'on y soit sensible, conférer à l'expérience un goût assez rare et savoureux.

Et puis, un film qui se permet d'utiliser un tel morceau pour illustrer une de ses scènes ne peut être foncièrement mauvais.
C'est cadeau: http://youtu.be/mQiDs9tKZv4
Stoker
guyness
7
Stoker

Vin d'été pour une vendetta

Il est extrêmement simple de détester Stoker. Il y a en effet une telle débauche d'idées visuelles, une telle surenchère de mise en scène, de montage, d'esthétisme (y a qu'à voir le générique) pour...

Lire la critique

il y a 9 ans

70 j'aime

11

Stoker
Pravda
3
Stoker

Park Chiant-wook

SPOIL(S) INSIDE Park Chan-wook filme bien, sait choisir ses cadres et associe les couleurs avec maestria... le souci, c'est qu'il le sait, le bougre. Trop. C'est ultra-maniéré, tape à l'oeil et,...

Lire la critique

il y a 9 ans

49 j'aime

12

Stoker
KingRabbit
8
Stoker

Une excellente comédie

Il y avait à peu près tous les éléments pour me rebuter et ne pas me donner envie de voir ce film dans les critiques négatives : - La nouvelle vague coréenne vampirisée par hollywood : des créateurs...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

3

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

311 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141