Affiche Après mai

Critiques de Après mai

Film de (2012)

Soyez réalistes, demandez l'impassible

Quand deux suisses parlent c'est un dialogue, quand il y en a trois, c'est un catalogue. C'est à cette blagounette désuète que j'ai pensé pendant une bonne partie du film. Non pas qu'on voit des suisses dans l'histoire, mais bien parce qu'on a la forte impression de visiter un catalogue d'objets et de sons de 1971. Placement de Marx Bien sûr, la reconstitution d'une... Lire l'avis à propos de Après mai

33 13
Avatar guyness
4
guyness ·

Carton rouge

Olivier Assayas revient à ses premières amours, chroniques d’une adolescence rebelle (Désordre, Paris s’éveille, L’eau froide) en bute contre l’âge adulte et l’ordre établi, et qu’il avait délaissé longtemps pour le film en costumes (Les destinées sentimentales), le thriller sophistiqué (Demonlover, Boarding gate) ou le biopic inspiré (Carlos). Problème : Assayas a visiblement perdu la main... Lire la critique de Après mai

17 5
Avatar mymp
3
mymp ·

Critique réac et contre-révolutionnaire d’un connard de droite

Ce film est l’illustration parfaite d’une jeunesse qui m’a toujours dégouté par sa vacuité, sa prétention et sa cuistrerie. La jeunesse « révolutionnaire » d’inspiration soixante-huitarde, celle qui a troqué ses livres de Marx et de Proudhon pour des vinyles des Stones, celle qui conçoit la course poursuite avec les CRS-SS – qui par leur sobriquet marquent le début d’un interminable et... Lire l'avis à propos de Après mai

30 11
Avatar gallu
2
gallu ·

l'ennui c'est que je me suis ennuyée

La reconstitution est parfaite, quasi un docufiction, la lumière belle, la musique vraiment chouette et pourtant je n'ai à aucun moment été touchée. J'ai lu grand bien un peu partout sur les comédiens. Moi j'ai trouvé qu'il jouaient comme des savates, on ne riait donc pas dans ces années là ? On se regardait juste avec des yeux de merlan frit en ânonnant son texte ? De nombreuses scènes... Lire la critique de Après mai

6
Avatar domguyane
4
domguyane ·

Critique de Après mai par Patrick Braganti

En faisant de son jeune héros Gilles son alter ego, son double, le réalisateur Olivier Assayas livre donc une vision personnelle et autobiographique du début des années 70 : mai 1968 est déjà à la fois loin, surtout pour des lycéens trop jeunes à l’époque pour avoir participé à l’effervescence et au tumulte, et encore proche dans l’esprit libertaire qu’il a su faire souffler et imprimer dans les... Lire l'avis à propos de Après mai

4
Avatar Patrick Braganti
6
Patrick Braganti ·

Critique de Après mai par pierreAfeu

Olivier Assayas devrait réaliser des blockbusters. Ses scènes d'action sont très réussies, amples mouvements de caméra, bonne immersion dans l'espace, montage efficace. Malheureusement, il veut aussi nous dire des choses. Si l'on considère qu'Après mai possède une forte part autobiographique, on peut au moins reconnaître qu'Assayas ne cherche en rien à enjoliver son passé. Son film raconte... Lire la critique de Après mai

3
Avatar pierreAfeu
3
pierreAfeu ·

Critique de Après mai par denizor

Après L'eau froide et Carlos, Après mai permet à Olivier Assayas de retourner dans les années 70, précisément dans les années 1971-72. Mais ce film est sans doute le plus autobiographique de son auteur - comment ne pas voir dans Gilles, un double du cinéaste ; ce qui lui donne une place à part dans l'oeuvre d'Assayas. Le cinéaste parle ici de ce qu'il connait ; ce... Lire la critique de Après mai

2
Avatar denizor
5
denizor ·

Après hier

J'ai mis 6 pour un seul point: la reconstitution des années 70 et de ce qu'était l'âme estudiantine de l'époque. Vous voyez, le cinéma a un potentiel incroyable, plus que tous le autres Arts, pour réanimer ce qu'était ou ce qu'est une pensée mise en place, qu'elle soit incendiaire ou raisonnée. Avant "Après Mai", je ne me rendais pas bien compte de la liberté incroyable que ressentait les... Lire la critique de Après mai

2
Avatar Billy98
6
Billy98 ·

Un bon divertissement

On retrouve dans le personnage du héros tous les critères du jeune de Mai 68 : Lycéen dans la banlieue, pseudo artiste, fils de cadre. Gilles avait toutes les raisons de se rebeller. Pour interprêter les rôles de Gilles et de ses camarades, le réalisateur a préréré faire appel à des acteurs débutants et jeunes, ce qui s’avère judicieux, même si le jeu est parfois un peu trop figé,... Lire l'avis à propos de Après mai

Avatar Martin Lonbar
6
Martin Lonbar ·

Critique de Après mai par Caine78

Décidément, il est difficile de cerner un cinéaste tel qu'Olivier Assayas. Capable de signer un des pires navets qui soit (« Demonlover »), mais particulièrement inspiré dernièrement (« L'Heure d'été », « Carlos »), voilà que le réalisateur retombe lourdement dans ses travers, alors qu'il y avait pourtant tout pour faire un bon film. L'après 68, la jeunesse, l'amour, la liberté, l'engagement,... Lire l'avis à propos de Après mai

Avatar Caine78
3
Caine78 ·