Initialement, je voulais centrer ma critique sur une comparaison avec un jeu d'échec. L'opposition du Noir et du Blanc qui peut trouver des échos tout aussi bien raciaux que dramatiques (gentils/méchants), la complexité du stratagème qui sied tout aussi bien à la réalité d'une ville comme Baltimore au jour le jour qu'à la toile d'araignée dressée de main de maître par David Simon et enfin les références multiples à la notion de hiérarchie, centrale dans The Wire comme elle l'est dans le jeu. Le mot même de jeu, "The Game" entendu à mainte reprise dans The Wire, évoqué comme une réalité surplombante, un système complexe fait de complémentarités, de frictions et de conflits, paraissait se prêter à cette petite analogie.

Seulement voilà, malgré les avantages esthétiques, peut être même explicatifs, qu'aurait eu cette comparaison, elle aurait été insuffisante pour ne serait-ce qu'entrevoir tout ce que la série a pu mettre en place.

Si The Wire était un jeu d'échec elle ne pourrait se jouer sur un seul échiquier, c'est ce que montre admirablement le zoom arrière au fur et à mesure des saisons. Du coin de rue, au quartier jusqu'à des considérations politiques nationales, le recul que prend la série traduit aussi bien le cheminement du local au global (par le biais du crime le plus souvent, mais pas seulement) que le vertige de différentes réalités qui s'entrechoquent — quand elles ne s'ignorent pas. On est moins en face d'une critique virulente de la société que dans la contemplation de sa complexité démesurée. La variété des points de vue, des prismes n'est là que pour renforcer cette démarche, et l'authenticité évoquée à juste titre dans tous les commentaires (ou presque) sur la série n'est que la constatation que l'entreprise The Wire n'était pas une tâche hors de portée de l'homme qui veut peintre le tableau de son époque, mais qu'il faut juste placer le pinceau entre de bonnes mains.
Heisenberg
10

Le 14 octobre 2012

32 j'aime

2 commentaires

Sur écoute
MrShuffle
10
Sur écoute

In Baltimore, the Gods will not save us

Je viens tout juste de terminer The Wire. Cinq saisons, soixante heures, avalées en une semaine. Je rejoins donc maintenant le club des gens qui ont vu "la meilleure série de tous les temps". C'est...

il y a 12 ans

193 j'aime

22

Sur écoute
ackboo
10
Sur écoute

La meilleure série de tout le monde entier

Bon, voilà, il y a les mauvaises séries, les bonnes séries, et il y a The Wire. Expliquer pourquoi The Wire est la meilleure série jamais produite, c'est un peu comme tenter d'expliquer le génie de...

il y a 12 ans

173 j'aime

22

Sur écoute
Sened
10
Sur écoute

Comme un monument

Lorsque je conseille The Wire (Sur Ecoute), les gens me regardent toujours avec un air inquiet, parce qu'il paraît que j'ai l'air d'un malade mental. A raison. Parce que The Wire est un monument...

il y a 12 ans

133 j'aime

16

Community
Heisenberg
10
Community

"Totally Meta"

Dire que Community s'apprécie proportionnellement au degré de connaissance de la culture populaire américaine est partiellement faux. S'il est indéniable que le fonctionnement ultra-référentiel de la...

il y a 10 ans

183 j'aime

14

The Infamous
Heisenberg
10
The Infamous

"They shook 'cause ain't no such things as halfway crooks"

C'est peut être dur à imaginer, mais Mobb Deep n'a pas toujours eu la renommée qu'on leur connait actuellement. En effet, leur premier album Juvenile Hell, où Havoc arbore une faucille sur la...

il y a 10 ans

100 j'aime

8

The Master
Heisenberg
9
The Master

Complexes deux types

The Master, et c'est l'apanage des grands films tels que je les perçois, cache derrière sa perfection esthétique, sa classe et sa mise en scène d'une précision horlogère, des tournures narratives un...

il y a 10 ans

92 j'aime

16